CONTACT
Association des psychodramatistes du Québec
Conseil d'administration

Conseil d'administration

CÉLINE PÉRIER, M.Ps., Ph.D., (Présidente APQ)

Psychologue clinicienne - Psychodramatiste

Céline Périer, est psychologue clinicienne et psychodramatiste agréée, formée au Centre International de Psychothérapie Expressive (CIPE) avec René Marineau depuis 2006. Elle travaille actuellement en pratique privée auprès d'adultes en utilisant des psychothérapies expressives par l'art. Elle a aussi œuvré au sein du système de santé en santé mentale jeunesse et a co-animé des psychodrames avec Nora Dembri en pédopsychiatrie. Elle a été professeure associée de clinique à l'Université de Sherbrooke au sein de la faculté de médecine. Enfin, elle a présenté dans des conférences internationales en art-thérapie (AATA, EcarTe) ou psychodrame (APQ Québec) et co-animera un atelier mêlant psychodrame et théâtre playback en Estonie lors des Baltic Moreno Days 2018.

DENISE STELLA AGIMAN, MA, MFA, Ph.D. (Vice-Présidente APQ)

Dramathérapeute - Metteure en scène - Professeure

Titulaire d’une maîtrise en art dramatique, une maîtrise en dramathérapie et un Ph.D en études et pratique des arts, elle s’est formée en thérapie par le jeu de sable à la Canadian Association of Sand Play Therapy et en psychodrame auprès de Tobi Klein et de Benoit Clotteau à l’IFACEF. Gagnante du Prix de la Fédération Internationale de la Recherche Théâtrale pour ses travaux sur les relations interculturelles, elle est la directrice artistique de la Troupe Tealtro pour laquelle a mis en scène plus de 50 spectacles. Elle enseigne le théâtre à l’Université de Montréal et à l'Université McGill, travaille dans le milieu de la santé communautaire (ANEB, Société Canadienne du Cancer, etc.) comme dramathérapeute et psychodramatiste et dirige son centre de thérapies par les arts à Saint-Laurent.

CORINNE ZACHARYAS, M.Sc., Ph.D., (Trésorière - Secrétaire APQ)

Psychologue du travail et des organisations

Titulaire d’une maitrise et d’un doctorat en psychologie du travail et des organisations de l’Université de Montréal, je me suis également formée à plusieurs méthodes de psychothérapie et plus particulièrement au psychodrame, à l’IFACEF. Je rencontre des personnes vivant des problématiques lourdes telles que le harcèlement au travail, les conflits divers et les traumas. Je me centre particulièrement sur la capacité de résilience et de croissance post-traumatique des personnes. Pour cela, des techniques du psychodrame et des jeux de rôle aident les personnes à se mettre en mouvement. J’interviens également dans les milieux de travail où j’offre des ateliers ludiques inspirés des approches de Moreno.

THOMAS GOODMAN, M. Psy. Éd. (Administrateur APQ)

Psychoeducateur - Psychodramatiste

J'ai travaillé plusieurs années comme éducateur spécialisé et psychoéducateur dans plusieurs milieux tels que : foyer de groupe, centre de jour en milieu hospitalier et CLSC avec des enfants et des adolescents ayant des problématiques psychosociales, des troubles d'apprentissages et de comportements et des problèmes de santé mentale. Je détiens une maitrise en psychoéducation, une formation en psychodrame et un DEC en éducation spécialisés. Dans mes interventions auprès de mes clients, j'ai utilisé différentes techniques de psychodrame, des jeux de rôles et des activités psychoéducatives.

PATRICIA MARTINS, D. Psy. (Administratrice APQ)

Psychologue - Psychodramatiste

Ma première expérience avec le psychodrame a été à la clinique externe de pédopsychiatre de l’hôpital de l'Argenteuil sous la supervision de René Ouellet. Ensuite, j’ai entamé la formation en psychodrame au Centre International de Psychothérapie Expressive (CIPE) sous la direction de René Marineau. Parallèlement, j’ai utilisé le psychodrame à l’Institut de Santé Mentale Phoenix sous la supervision de Nora Dembri. Actuellement, je travaille en première ligne avec l’équipe de santé mentale jeunesse au CISSS de Laval où j’utilise certaines techniques de psychodrame auprès de la clientèle. Dans ma pratique, le psychodrame par l'utilisation du jeu symbolique (« le faire semblant ») aide le jeune à communiquer ce qu’il ressent et à mieux comprendre ce que l’autre ressent.